Frédéric Vasseur avec Alain Prost pour diriger l’équipe Renault ?

Le projet de reprise du Lotus F1 Team par Renault devrait se concrétiser dans les jours qui viennent, avec une annonce possible dès ce week-end à Monza. C’est qu’il y a le feu à Enstone où Gérard Lopez joue la montre en attendant la finalisation du deal avec Renault.

Renault est prêt à revenir en équipe de travaux à la Formule 1, avec un accord pour prendre une participation majoritaire dans Lotus devrait être finalisée, à Autosport comprend.

L’accord mettrait fin à des mois de négociations prolongées et amener une opération d’usine Renault de retour sur la grille de F1 pour la première fois depuis 2010.

AUTOSPORT sources ont indiqué le constructeur automobile français prendrait une participation allant jusqu’à 65 pour cent, une valeur totale de 65 millions de £, avec une mise de fonds initiale de 7,5 millions £ pour être suivie par versements égaux au cours des 10 années suivantes.

Gérard Lopez, actuellement Lotus F1 Team co-propriétaire via son organisation Genii, devrait rester comme actionnaire avec une participation potentielle de l’ordre de 25 pour cent, avec quatre fois champion et Renault ambassadeur Alain Prost acquérir les 10 pour cent restants.

L’arrangement avec Lopez et Prost serait très semblable à celle de Mercedes Motorsport, où Toto Wolff et président non-exécutif Niki Lauda possèdent des participations dans l’équipe de F1.

Suite à une réunion de présentation Renault actuellement prévue pour le lundi, un éventail de documents est alors due être signé impliquant les parties des deux côtés au cours des jours suivants.

A ce stade de la procédure Renault est entendu d’avoir négocié une trousse de commandite complète, avec le conseil d’administration – dirigé par Carlos Ghosn – la signature de rabais sur un budget qui mettrait sur un pied d’égalité avec les goûts de Mercedes et Red Bull.

Un des rares domaines à déterminer entoure le conducteur line-up pour tout Romain Grosjean et Pastor Maldonado ont des contrats avec Lotus pour l’année prochaine, Renault venir à bord modifie le paysage.

Renault devrait maintenir le Français Grosjean, avec Maldonado croit être la négociation – soutenu par bailleur de PDVSA – afin d’assurer qu’il conserve son siège.

Les installations mises à jour à l’usine d’Enstone de Lotus – bien connu à Renault de sa propriété précédente de l’équipe – sont cruciales pour la transaction.

Le programme CFD de Lotus et chauffeur-in-the-loop simulateur sont seulement deux ans, tandis que la soufflerie de 60 pour cent est de trois ans.

Bien que Renault, grâce à Prost, a également eu des entretiens préliminaires avec Force India sur une participation potentielle, manque relatif de la marque basée à Silverstone des installations est un inconvénient.

Renault n’a pas de véritable désir d’acquérir une équipe sans l’infrastructure derrière elle, bien que Force India demeure une option si les actionnaires Lotus retirer de la transaction à la dernière minute.

D’un intérêt particulier est actuellement beaucoup de moteur de Renault avec Red Bull et Toro Rosso, avec des sources suggérant il ya trois options sur la table.

Le premier est Renault honorer ses autres contrats pour 2016 aux côtés de sa propre équipe.

Bien que cela permettrait de maintenir un flux de revenus supplémentaires, le contrat de Red Bull stipule expressément qu’il est prioritaire.

Une autre possibilité est pour Renault – qui a routiers automobiles affiliations avec Mercedes – pour garder le pouvoir Mercedes actuel de Lotus pendant un an tout en voyant ses autres contrats.

Enfin, Renault pourrait se concentrer entièrement sur son propre programme, mais comme un moyen d’amortir le choc de Red Bull, l’aider à trouver un nouveau fournisseur, où les liens avec Mercedes pourraient de nouveau verser des dividendes.

La structure de paiement prévue équivaudrait à une déclaration audacieuse de l’engagement de F1 à long terme de Renault, garantissant une présence minimale de 10 ans.

Bien que des mesures provisoires soient prises en 2016, comme Renault tente à nouveau de trouver ses pieds en F1 comme un temps plein travaille tenue, elle envisagerait ’17 sa première année pour essayer de pousser les goûts de Mercedes et Ferrari pour les honneurs.

Il est désormais acquis que le motoriste français va reprendre la main à court terme, même si on ignore encore sous quelles couleurs, quel nom et avec quel moteur les « E24 » courront en 2016.

En marge de cette affaire, nous avons appris que Frédéric Vasseur pourrait rejoindre Alain Prost à la tête du nouveau Renault F1 Team. Le manager français, copropriétaire de l’écurie ART Grand Prix présente sur bien des fronts (GP2, GP3, DTM, etc) avec Nicolas Todt, céderait la direction opérationnelle de son équipe à Sébastien Philippe, ancien pilote reconverti dans le management.

Vasseur, qui est aussi le constructeur des monoplaces de Formula E (Spark, c’est lui), se concentrerait sur la Formule 1 en prenant la direction générale du team à Enstone, sous la houlette d’Alain Prost dans un rôle de président non-exécutif semblable à celui tenu par Niki Lauda chez Mercedes.

Qui coiffera la casquette de directeur d’équipe ? Peut-être Cyril Abiteboul, l’actuel directeur général de Renault Sport F1.

Retrouvez plus d’articles sur Alain-Prost.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Henri dit :

    Une marque française dans la F1, ça fait plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *